Promenons-nous à vindelle…

Le bourg

Les entrées

Vue sur le bourg depuis la route de Guissalle

Sur la Route des Ponts, face à la baignade.

Les vues sur le bourg

 

Depuis la route des ponts, près de la baignade.

Un joli petit village au charme authentique, au bord de la  » plus belle rivière de France  » ( dixit François 1er ). Une aire de loisirs et une baignade qui jouxte ce bourg. Quelle merveille !

La baignade et l’aire de loisirs

La baignade et l’aire de loisirs adjacente jouxtent le bourg. Durant les vacances d’été la baignade est surveillée de 14 à 19 h, sauf le lundi. Gratuite. Boissons et petite restauration sur place.

Des tables de pique-nique, un boulodrome, un terrain de volley, … complètent la baignade.

Le passage du Gué

 

Le Passage du Gué entre la place de l’Église et l’aire de loisirs et la baignade

 

 

 

 Ballade au bord de l’eau

Le gué à pierres tournantes sur la Méronne, Promenade de la Méronne, en amont par rapport à la mairie.

Au bourg, en longeant l’aire de loisirs ( vue sur la Méronne )

Promenade

Allée boisée vers le bateau à chaînes sur la Charente

La Maison des Associations et le gîte communal

2 rue du Centre.

Le gîte est à gauche de la Maison des Associations, ancien presbytère

À Guissalle, un puits, une fontaine

Halte fraîche pour les promeneurs

Beaux logis …

Les gîtes du logis de la Mothe, chez M et Mme Marmissolle- Daguerre, 11 route de la vallée.

Le logis de la Mothe

Le moulin de Coursac

Le moulin de Guissalle

 

Gîtes

L’entrée du gîte du Cluzeau chez Jean-Paul et Mady Alliat, 6 rue de la Garenne

Le gîte de Maryline et Michel Sardet, 3 promenade de la Méronne

 

Des chambres d’hôtes

4, chemin des Beaux Pins chez Édouard et Roseline Bazeck

La Charente

 


La Charente au Moulin de Coursac

Une passe à poissons a été installée en 2007. C’est la 2e de la commune, l’autre étant face au village de la Chapelle.

Port de Coursac
Voilà une appellation qui surprend, mais c’était à cet endroit que le bac ou la gabare du port de Coursac permettait de traverser la Charente, aucun pont n’existant entre Balzac et Vindelle.

Par là s’effectuait aussi le trafic entre Vars, Montignac, Champniers, La Rochefoucauld, Hiersac et Rouillac. S’acheminaient ainsi d’une rive à l’autre, pierres, sable, graviers, bois, passagers, animaux, bœufs pour les charrois, chevaux…

La nécessité d’un pont se faisant de plus en plus pressante en 1868, l’agent Voyer est chargé de dresser le projet du pont à construire au lieu de Coursac et voici un extrait de son rapport: « Le moulin de Coursac ne permet pas d’établir convenablement le pont en amont du bac du même nom qui se trouve 40 m en aval dudit moulin et d’autre part les parties de route terminées ne permettent pas de descendre le pont en aval sans délaisser l’assiette du vieux chemin sur 300m qu’on utilise en traversant la Charente sur l’emplacement du bac.

Pour ces motifs il est avantageux de construire le pont sur l’emplacement même du bac de Coursac et du vieux pont, établit le premier sur le grand bras de la Charente et le second sur le petit bras. » Mais le tracé n’a pas été adopté: on a déplacé la construction d’une trentaine de mètres vers l’aval par rapport à ce projet initial. siècle.

Mais le 19 mai 1865, Louis Ménard, fermier du bac de Coursac se plaint que le sieur Justin Lacroix, propriétaire du moulin de Vindelle lui porte préjudice en laissant passer un grand nombre de personnes sur les ponts que cet usinier a été autoriser à construire pour le service de son moulin. Voilà une réclamation qui nous révèle l’existence du premier pont établi sur le bras principal de la Charente au niveau du moulin.

Le bac de Coursac qui avait fonctionné pendant des siècles était condamné et l’on ne parlerait plus du port de Coursac, appellation prononcée dans l’actualité de la fin du XXè.

L’église Saint-Christophe

Église du XIIe inscrite à l’inventaire supplémentaire des Bâtiments de France

En 2007, après la réfection de la voûte de la nef

Le grand vitrail du transept nord, rénové en 2003 par l’atelier Saint-Joseph de Ruffec

On aperçoit l’albalétrière, témoin du rôle défensif de l’église

Deux des modillons de la façade

 

 

 

 Promenade

 

 

 

 

 

 

 

Au bord de la Charente

cascade et pêcherie

En libre service pour traverser la Charente à la belle saison : « La Paperote » la barque à chaînes

Sur les collines dominant la vallée de la Charente

Chemin des canepetières, à proximité de la rue des plantes …

 

 

De la table d’orientation, sur les hauteurs, la vue est superbe !

 

 

 

Aux alentours de la fontaine

descente vers la fontaine

au-dessus de la fontaine

La fontaine de Tonne

Le chemin et la fontaine était autrefois l’accès public et le lavoir de Tonne, où tous les habitants du village allaient pour prendre de l’eau et laver le linge.

Ce lieu aujourd’hui calme et solitaire a vu se succéder en un constant va et vient des générations d’habitants: très fréquenté, le chemin s’ouvrait à hauteur du village sur un large espace public, véritable cour commune encore visible sur le premier plan cadastral de Vindelle qui date de 1828.

Le site naturel de la fontaine de Tonne correspond à une ligne de sources résurgentes que l’on suit sur le versant de rive droite de la vallée de la Charente: elles correspondent à l’affleurement de la base d’un banc de calcaire argileux du jurassique supérieur.

Dans la même situation géologique on trouve la source de Ladoux à Marsac, la Font Pélerine non loin des Bouchauds ainsi que plus au sud la Breuillerie et la Pierre Levée sur la commune de Trois Palis. Comme dans toute hydrogéologie de type karstique, l’eau de la fontaine arrive à l’air libre après un long parcours souterrain: même en période d’étiage estival ou de forte sécheresse, la source reste alimentée.

Un étroit boyau taillé dans la roche permet d’ailleurs de concentrer les eaux à l’endroit de leur sortie.

La concentration très forte de carbonates dans les eaux provoque la précipitation de ceux-ci sous forme de concrétions volumineuses de tufs qui s’avancent dans les bassins supérieur de la fontaine.

À Tonne, village ancien

Belles bâtisses

Cheminée insolite

Beau porche

Lavoir du Puy de Coulonges

À l’entrée du village de Puy de Coulonges, le long de la route de la Vallée (CD 37), un banc près d’un vieux lavoir, invite à se reposer …

La salle des Fins Bois

Salle de spectacles, de réunions, de mariages et autres repas, d’entraînement de gymnastique, de tennis de table, cette salle inaugurée en 2001, est indispensable à la vie communale.

290 spectateurs peuvent apprécier les choix de l’association culturelle « L’Art à la Clef »

Près de l’école …

Équipements de jeux pour les écoliers, courts de tennis, d’entraînement scolaire de foot, et à l’arrière, un très beau stade de football.

Le parc public

Petits arbres deviendront grands ! Mais il est déjà bien agréable de se promener et se reposer en ce parc qui jouxte l’école.